Monday 15th April 2024
Durbar Marg, Kathmandu

Le premier aspect majeur d’un bon leadership est d’abandonner le contrôle. Avez-vous le contrôle lorsque vous dormez ou lorsque vous rêvez ? Non! Contrôlez-vous une autre fonction de votre corps ? Votre cœur bat tout seul. Votre foie fonctionne tout seul. La nourriture que vous mettez dans l’estomac est digérée toute seule. Avez-vous un contrôle sur eux ? Contrôlez-vous le mouvement du Soleil et de la Lune autour du globe ou même le globe tournant sur lui-même ? Contrôlez-vous les pensées qui vous viennent à l’esprit ? Alors, quand vous réalisez que vous n’avez vraiment aucun contrôle sur toutes les choses importantes qui se passent dans votre vie, vous vous levez et rirez. “Oh, à quoi je pense, est-ce que je contrôle quelque chose ?” Vous réaliserez alors que l’idée que vous contrôlez la situation est une illusion. Et puis tu te détends. Et cet état de détente s’appelle l’abandon.

Qu’est-ce que la reddition ? Un état d’esprit dans lequel vous êtes absolument chez vous, totalement détendu, sans peur, sans anxiété, sans fardeau ni problème. Cet état s’appelle la capitulation. L’abandon est notre nature même ; vous n’êtes pas obligé de le faire. Lorsque vous êtes dans votre état naturel d’innocence enfantine, vous êtes déjà dans un état d’abandon. Lorsque vous ne pouvez pas vous abandonner, alors vous faites des efforts, et les efforts vous font abandonner. Alors, quand vous dites : « Je ne peux pas me détendre », je dirai : « Ok, serrez vos poings serrés, serrés et serrés. » Alors, quand je vous demande de le resserrer et que vous ne pouvez pas le faire, que faites-vous ? Étant fatigué, vous laissez tomber. Cela arrive à l’autre bout avec effort ! Pour un leader, il est également important d’être dans le moment présent.

Alors, quelles sont les qualités d’un bon leadership ? Comment être un leader dynamique, confiant et enthousiaste ? La première qualité du leadership est de donner l’exemple. Un leader ne se contente pas d’ordonner les choses ; il le fait pour que d’autres puissent le faire. Le deuxième aspect est qu’un leader prend bien soin de ceux qu’il dirige. Le troisième aspect est qu’il ne crée pas de followers. Un bon leader crée des leaders. Et puis une action en chaîne se produit. Un leader doit déléguer des responsabilités.

La quatrième qualité est qu’un leader ne dépend pas de l’autorité. Il fait simplement quelque chose, que l’autorité soit investie ou non. Cela vient tout seul. Le cinquième aspect du leadership est qu’il ne se soucie pas de sa position. Le respect que vous gagnez grâce à la vertu est très différent du respect que vous gagnez grâce à la position. Le respect que vous obtenez grâce à un poste est de courte durée et temporaire. Mais le respect que vous gagnez simplement grâce à votre sourire, votre attitude, vos vertus est toujours là avec vous. Vous pouvez être président de ce comité, président de ce comité, ou vous êtes avocat ici ou gouverneur de cet État – tout cela est momentané, temporaire. Ils viennent et ils partent. Et le respect que vous obtenez grâce à cette position n’est pas authentique, il ne vient pas du cœur, ce n’est pas vrai. Mais le respect que vous gagnez parce que vous êtes une personne gentille est authentique et dure longtemps. C’est spontané.

La sixième qualité est qu’un leader est alerte et que lorsque des défis surviennent, il n’est pas dérangé. Un bon leader est celui qui ne lâche rien lorsque des défis surviennent. La septième qualité d’un bon leader est celui qui ne se soucie pas du confort, mais qui s’étend au-delà de la zone de confort. Tout ce qui est créatif, dynamique et formidable ne peut se produire que lorsque vous sortez de votre zone de confort où nous sommes souvent frappés. Nous pensons que nous ne pouvons pas faire quelque chose : faites simplement un effort et prenez une longueur d’avance, et vous constaterez que vous élargissez votre zone de confort. La créativité transcende votre zone de confort. Ou encore, lorsque vous sortez de votre zone de confort, votre créativité entre en jeu.

Le huitième aspect est qu’un leader ne doit pas mélanger la tête et le cœur. Si vous mélangez la tête et le cœur, vous êtes dans le pétrin ! Quand vous devez travailler, vous travaillez avec engagement et vous vivez avec votre tête. Dans la vie, dans d’autres situations que lorsque vous travaillez, écoutez votre cœur.

La neuvième qualité d’un bon leader est qu’il doit être multidimensionnel et voir du point de vue de l’autre. Mettez-vous à la place de l’autre, regardez du point de vue de l’autre. Le dixième aspect est que le leader ne dépend pas d’informations unilatérales. Lorsque vous recevez des nouvelles d’un côté, ne prenez aucune décision ou conclusion avant d’avoir entendu parler également de l’autre côté. Le leader doit être un bon communicateur. pendule

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back To Top